12 avril

estratti, suite à l’invitation de Roberta Melasecca, directrice artistique d’Interno 14, Rome et de Marie-Ève Venturino, directrice de la Libreria Stendhal (librairie française de Rome).

estratti, Interno 14

Une des origines de cette exposition est le tableau Amour sacré et amour profane du Titien de la Galerie Borghese. Une autre, la publication par Giulio Carlo Argan, en 1950, de son livre sur ce tableau où les reproductions sont à l’échelle 1/1. Nous avons reproduit à l’échelle 1/1 des pages du n°9 de 2015, les 19 pages de l’Amor sacro e l’amor profano et 12 copies de photographies du Forum romain. Une autre origine encore, le début de Polichinelle ou Divertissement pour les jeunes gens en quatre scènes de Giorgio Agamben. Polichinelle: « Allongé sur l’herbe sous le mont Janicule, j’observe les nuages qui passent au-dessus de moi. Ils résistent, ils changent de forme, ils se défont. Ce n’est pas ainsi qu’a évolué la forme de ma vie. Cela fait longtemps que l’envie m’était venue de chercher de toutes mes forces s’il y avait au ciel ou sur la terre une chose telle que si je l’avais trouvée, je pourrais jouir éternellement d’un bonheur juste et sans interruption. Et il fallait bien que je fusse resté d’une certaine manière fidèle à ce désir, puisqu’il me semblait parfois que j’avais pu jeter un regard sur mon petit bout de ciel (comme Fabio l’appelle), même si je ne l’avais certes pas trouvé dans les lieux où on a l’habitude de le chercher. » Comme l’exposition avait lieu dans deux espaces différents, presque sans budget, nous sommes arrivés à Rome avec une valise remplie de feuilles 32 x 45 cm, de publications et de quelques photographies pour les vitrines de la librairie. L’échelle, le texte, la couverture, tels étaient nos points d’appui. Dans la librairie, les reproductions des n°s 10 et 10 bis; dans la vitrine de gauche, un extrait de Soleil et chair de Rimbaud dans un ciel romain; dans la vitrine de droite, des photographies…

estratti, Libreria Stendhal

Rutilius Namatianus, Bruxelles, 2017, photographie numérique, 22 x 27,5 cm.

Ciel, 2017, photographie numérique, 900 x 1200 cm.

11 mars

Sept images en vitrine présentait, en dehors des photographies posées sur le rebord de la cimaise, six photographies dans la galerie. La nouvelle publication Suite 1 était présentée sur une table, ainsi que les publications n°9, n°10, n°10 bis, n°11.

Sept images en vitrine, 2017, 59 pm Gallery, Bruxelles.

Sans titre, 2016, photographies numériques, 25 x 37,5 cm.