9 avril

Une traduction de ce genre vaut comme le négatif de l’oeuvre: elle est sa trace creusée dans la langue qui la reçoit. Ce qu’elle délivre, ce n’est ni sa transcription ni son équivalent, mais la marque vide, et pour la première fois indubitable, de sa présence réelle.
En cette vaste baie qui a déchiqueté les rives de notre langage, L’Énéide elle-même scintille. Entre les mots qu’elle disperse et rassemble, elle est déesse fuyante et chasseresse, la Diane au bain racontée ailleurs par Klossowski, l’Artémis nue, surprise, plongeante et acharnée qui fait lacérer par ses chiens l’impudent dont le regard n’a pu rester silencieux. Elle déchire amoureusement la prose qui tout à la fois la poursuit et s’offre à elle dans « un si funeste désir ». Michel Foucault

Ce sont les mots qui prennent une attitude, non pas le corps; qui se tissent, non pas les vêtements; qui scintillent, non pas les armures; qui grondent, non pas l’orage; qui menacent, non pas Junon; qui rient, non pas Cythérée; qui saignent, non pas les plaies. Pierre Klossowski

Les n°10 et n°10 bis ont été présentés en marge de DEHORS, Contemporary Art Window, lors de l’exposition Rome, chapitre 4. Voir 6 avril 2021.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s